KGÖ: Notre camarade Ivana Hoffmann, femme communiste internationaliste, est immortelle !

« Mes soeurs, mes frères, mes ami(e)s, ma maman, mes pères, mes camarades, Je ne peux rester passive face à cette barbarie capitaliste alors que la lutte pour la liberté se trouve juste devant moi. Je vais représenter l’internationalisme de notre parti et je vais prendre part à la lutte armée de notre organisation. Je vais être une guérilla remplie d’amour et d’espoir. »

(Ivana Hoffmann)

Notre camarade, Ivana Hoffmann (Avasin Tekosin Günes), femme militante faisant parti de notre organisation de jeunesse communiste, s’est immortalisé lors d’une opération de nettoyage des bandes du DAESH à Kobané et lors de la défense de la révolution féminine de Rojava.

Le 7 mars 2015, notre camarade Avasin Tekosin Gunes s’est immortalisée alors qu’elle participait à une opération d’élimination des bandes du DAESH, à Rojava, dans le canton de Cizire, plus précisément dans la région de Til Temir. Mort, tu es traitre.

Notre camarade Ivana, qui est née le 1 septembre 1995 en Allemagne dans la région d’Emmerich, était une internationaliste allemande d’origine africaine. Dès son plus jeune âge, elle se révoltait contre les injustices dont elle était témoin. Cette facette de la personnalité de notre camarade l’a beaucoup influencée dans sa position vis à vis de la vie. Elle était remplie de joie, très sentimentale et aimait le contact humain. Elle était une personne humble, travailleuse et avec un immense coeur.

Notre camarade Avasin a fait ses débuts dans la lutte au lycée. Elle a rencontré l’Organisation de Jeunesse Communiste (KGÖ) en 2011. La même année, elle a pris part à la lutte dans les rangs de Komsomol. En peu de temps, elle a démontré ses capacités et elle n’a pas eu peur de prendre des responsabilités.

Notre camarade Avasin donnait beaucoup d’importance à la lutte pour la libération de la femme. Ainsi, dans tous les domaines de la vie, elle combattait la mentalité patriarcale. Elle était l’une des rares camarades à vivre et à faire vivre cette lutte en elle. C’était une camarade qui s’interrogeait toujours sur les liens qu’elle entretenait avec le système dans lequel elle vivait. Elle aspirait à avoir une vie de guérilla et elle vécu de cette manière. Notre camarade Avasin mettait en confiance les personnes qui l’entouraient de part sa détermination dans sa prise de positon. Elle appelait tout le monde à participer à la lutte organisée.

Elle était liée aux personnes qui se sont immortalisées dans cette lutte, telles que Yasmin Ciftci et Sengul Boran. Elle les prenait pour exemple. Notre camarade Avasin était déterminée dans sa lutte révolutionnaire. Elle ne se laissait pas démonter par les fortes exigences de la lutte; au contraire elle luttait contre elles. Notre camarade Avasin ne se plaignait jamais. Elle était curieuse d’apprendre et elle accomplissait toutes les tâches méticuleusement. Elle était une jeune femme libre qui, dans chaque situation où elle se trouvait, pouvait s’intégrer facilement et pouvait avoir une grande influence sur son entourage.

Elle était amoureuse de la lutte pour la libération du Kurdistan et de la liberté. Elle était notre camarade de « Mardin ». C’est pourquoi elle s’est retournée vers le Kurdistan, vers les montagnes libres du Kurdistan. Elle a pris position aux côtés des peuples opprimés, des minorités religieuses opprimées et des minorités rejetées par le système impérialiste capitaliste. C’était une camarade qui était LGBT. Elle a accouru sans hésiter à l’appel de la lutte pour la libération du peuple de Rojava et a ainsi repoussé du revers de sa main et sans hésiter les possibilités que lui proposait l’Europe. Au lieu de choisir une vie rangée et en accord avec ce système, elle a choisi une vie révolutionnaire.

En tant qu’avant-garde des femmes combattantes qui ont brisé leurs liens avec le système, elle a participé activement à la révolution en prenant place dans les premiers rangs. Avec sa perspective sur la révolution féminine, elle a agrandit la révolution et non le système. En tant que jeune femme communiste, Ivana a répondu à l’appel de la révolution. Elle nous a montré à nous, peuple du monde entier, le chemin à suivre en s’immortalisant au combat dans les premiers rangs.

Notre douleur est grande mais notre rage l’est encore plus. Cette perte nous est insupportable en ce moment. Mais nous ne pleurons pas, nous ne ferons pas de deuil. Nous te promettons de garder le drapeau rouge que tu nous as légué haut dans les airs. En tant qu’Organisation de Jeunesse Communiste (KGÖ), nous allons sans aucune condition défendre et raconter aux générations futures l’héritage révolutionnaire que tu nous a légué. Nous allons toujours prendre pour exemple ton identité de femme communiste et femme combattante dans l’avant-garde. Tu seras à tout jamais à nos côtés et nous serons à tout jamais à tes côtés.

Au revoir chère camarade. Tes camarades de l’Organisation de Jeunesse Communiste (KGÖ) continuent à lutter pour la construction d’un monde libre qui t’était si cher et pour la protection de la révolution de Rojava. Nous continuerons jusqu’à ce que le soleil se lève sur le monde.

Ses rêves sont nos rêves, ses pas sont les nôtres, son souvenir est notre honneur !

Camarade Avasin Tekosin Gunes est immortelle !

Camarade Ivana vit, PCML se bat !

Le Comité européen de l’Organisation de Jeunesse Communiste (KGÖ)

 

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

w

Verbinde mit %s